L’angle mort

J'ai passé ma vie à aimer

Tu tomberais des nues
Si je te révélais
Les sentiments violets
Qui encrent mes carnets

Dans la lumière crue
Est-ce que tu rougirais ?
Tu n’as pas vu venir
L’ombre d’un regret

T’embrasser sous la lune
Ça, oui, j’aurais aimé
Courir dans les dunes
Ça, oui, j’aurais aimé

Et s’il n’en restait qu’une
Tu serais mon aimée
Là où s’en vont faner
Les fleurs du lycée

J’ai passé ma vie à aimer
Toujours dans l’angle mort
À l’abri des remords indiscrets

Tu tomberais des nues
Si je te révélais
Mes sentiment violents
Épris par accident

Quand on faisait le mur
Quand on avait seize ans
Quand on faisait l’amour
Quand on faisait semblant

T’embrasser sous la lune
Ça, oui, j’aurais aimé
Courir dans les dunes
Ça, oui, j’aurais aimé

Et s’il n’en restait qu’une
Tu serais mon aimée
Là où s’en vont faner
Les fleurs du lycée

J’ai passé ma vie à aimer
Toujours dans l’angle mort
À l’abri des remords indiscrets

Je n’oublierai jamais
Les plaies et les déliés
Les pages spiralées
Intimement reliées

J’ai gardé en mémoire
L’indicible secret
Maintenant il est temps
De te le révéler

T’embrasser sous la lune
Ça, oui, j’aurais aimé
Courir dans les dunes
Ça, oui, j’aurais aimé

Et s’il n’en restait qu’une
Tu serais mon aimée
Là où s’en vont faner
Les fleurs du lycée

J’ai passé ma vie à aimer
Toujours dans l’angle mort
À l’abri des remords indiscrets

©Emmanuel Fritsch 2020 [première année de présentation au public]. Tous les droits d’auteur de ce texte sont réservés. Sauf autorisation, toute utilisation de celui-ci autre que la consultation individuelle et privée est interdite.


Photo : libre de droit (Pixabay.com)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :