La panne

Des fois ça veut, des fois ça veut pas.

Voulait-il en discuter ? Non, il ne voulait pas. De toute façon,
à quoi cela aurait-il bien pu servir ? Il finirait invariablement par lui tourner le dos,
las, fixant ce point imaginaire qu’il s’était vu dessiner mille fois sur le mur de la chambre.
Maladroite, elle s’obstinerait à commenter l’incident, y allant de ces conjectures
finement documentées dont raffolent les lectrices de Cosmopolitan.
De celles qui leur donnent l’illusion de garder le contrôle de la situation.
Il encaisserait le diagnostic, l’orgueil amputé et l’organe en accordéon.

La condition masculine réduite à une peau de chagrin.
« C’est peut-être de ma faute », finirait-elle par lâcher, décochant l’estocade finale.
Il fallait toujours qu’elle en rajoutât.

© Emmanuel Fritsch 2016 [première année de présentation au public]. Tous les droits d’auteur de ce texte sont réservés. Sauf autorisation, toute utilisation de celui-ci autre que la consultation individuelle et privée est interdite.


Photo : Sortie de filles, Las Vegas (NV), États-Unis, 01/2011 © Emmanuel Fritsch

3 Comments on “La panne

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :