Paris est une orgie monumentale

Mon égérie mentale

Je veux tes cheveux,
tes yeux, tes œstrogènes,
tes allées.

Laïus amoureux
des zones hétérogènes
et salées.

Ta robe fuchsia
dans la nuit qui s’élève,
épouse mes draps,
pollinise mes rêves.

Je veux ta gaité,
taguer tes quais de Seine
d’azalées.

Entre, ma beauté.
Paris, je veux ton ventre
et je l’aurai.

Satine tes soies !
Ondule tes ondines !
Qu’éclatent de joie
les ondées féminines !

Je veux tes pavés,
draguer tes romans fleuves
dépravés.

Te souffler le chaud,
baiser avec des mots,
boire et danser.

Tes Vogue lilas
volutent mes artères.
Coule, écoule en moi
tes lampées de lumière !

Paris est une orgie monumentale.
Mon égérie mentale.

© Emmanuel Fritsch 2019 [première année de présentation au public]. Tous les droits d’auteur de ce texte sont réservés. Sauf autorisation, toute utilisation de celui-ci autre que la consultation individuelle et privée est interdite.


Photo : Paris vue de Beaubourg, mai 2016 © Emmanuel Fritsch

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :