Fahrenheit

Paternels centigrades

Bisous mon gringalet. Ces mots sont les rares vestiges
de notre relation épistolaire. La lettre date de juillet 1989.
Tu m’écris de Vincennes le jour de ton anniversaire. Tu espères
que je ne fais pas trop le « malin » et le « fou » à la colonie.

En la relisant, j’en viens à penser que rien ne remplace le charme antique
de la plume fontaine. Sans doute convoyait-elle jadis le parfum du poignet protecteur
qui l’eut écrite. Une essence complexe. L’ambre masculin et solaire où se trempe
le caractère. La soif d’aventure des esprits téméraires.

Un quart de siècle plus tard, quelque chose d’insaisissable nous a surpris.
Au bout du quai point l’éternel recommencement de toute chose.
Aujourd’hui comme hier, la mer s’interpose entre nos solitudes arides.

Qu’ont à partager deux grands timides sinon l’épais mystère,
l’extrême pudeur qui les rapproche autant qu’elle les éloigne ?
Ton œil est encore ce globe nébuleux où grondent les orages magnétiques.
Je m’y retrouve comme autrefois : frêle, ombrageux, avec l’obstination de te plaire.

De toute évidence, nous nous aimons.
De toute évidence, il nous faut ce repère.
Il n’y a pas de mots assez durs pour se le dire.

© Emmanuel Fritsch 2016 [première année de présentation au public]. Tous les droits d’auteur de ce texte sont réservés. Sauf autorisation, toute utilisation de celui-ci autre que la consultation individuelle et privée est interdite.


Photo : Coucher de soleil sur la corniche du Président-John-Fitzgerald-Kennedy, Marseille, 3 septembre 2007 © Emmanuel Fritsch 

Vidéo : Christian Dior : La plage – Spot publicitaire 30 sec. de 1988 pour le parfum Fahrenheit. © Réalisateur : Philippe Rousselot – Direction artistique : Camille Philibert – Agence de publicité : Ulysse / Production : Byzance

6 Comments on “Fahrenheit

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :