Matante Aimée

Tu m'as tenté mais j'ai résisté.

Un peu fripée, un peu flippante,
elle fréquente les salles d’attente.
Elle picole, oh ! comme bon lui chante.
Matante Aimée n’est pas marrante.

Le chèque de la Régie des rentes
sitôt encaissé à la banque,
elle achète toutes sortes de patentes.
Matante Aimée n’est pas mourante.

Elle vit comme dans les années trente,
au bord du krach, en dilettante.
La peau qui pique, la peau qui plaque,
elle s’en claque comme de l’an quarante.

Matante Aimée n’est pas parente.
Je peux touiller son petit salé
à cuisson lente.

Elle reste pas les mains ballantes.
Matante Aimée joue les Bacchantes
quand ça lui tente.

Matante Aimée,
tu m’as tenté mais j’ai résisté
à tes regards affamés
dans les partys de famille.

Matante Aimée,
je ne veux, je ne veux pas jouer
à tes vieux jeux, tes mots démodés
en aparté.

© Emmanuel Fritsch 2020 [première année de présentation au public]. Tous les droits d’auteur de ce texte sont réservés. Sauf autorisation, toute utilisation de celui-ci autre que la consultation individuelle et privée est interdite.


Photo : libre de droit (Pixabay.com)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :